Pour une agriculture
Familiale
Professionnelle
Compétitive
qui s'agrandit
Septembre 1989 - Septembre 2019

RECRUDESCENCE DU FLETRISSEMENT BACTERIEN SUR LA CULTURE DE POMME DE TERRE: GRAND DYNAMISME AU SEIN DE GROUPE FIFATA

RECRUDESCENCE DU FLETRISSEMENT BACTERIEN SUR LA CULTURE DE POMME DE TERRE:

GRAND DYNAMISME AU SEIN DE GROUPE FIFATA

 

Un fort dynamisme a été né au sein des acteurs de la filière pomme de terre dans le Groupe Fifata pour lutter contre la recrudescence de la maladie Flétrissement bactérienne sur la culture de pomme de terre.

Cette maladie, provoquée par la bacterie Ralstonia Solanacearum, infecte le sol durant plusieurs années, la plante se flétrit et les tubercules de pommes de terre pourrissent et même les cochons ne veulent pas les manger. Cela provoque une perte considérable, fragilité alimentaire et baisse de revenu chez les producteurs. Depuis 2009, la maladie s’est propagée par l’intermédiaire des semences et les producteurs ont eu des difficultés à trouver des semences fiables et saines.

 

                     

Aspect du fletrissement bactérien              Culture de pomme de terre dans les Hauts Plateaux 

 

Mieux s’organiser pour faire face aux problèmes

Pour y remédier à cette situation désastreuse, les producteurs de patate avec les services techniques concernés au sein de groupe Fifata se sont organisés et des actions ont été mise en œuvre dans 7 régions de Madagascar. En effet, à partir de 2013, des semences souches F0 ont été multipliées au Centre Ceffel jusqu’à la génération F3, puis des paysans multiplicateurs ont été sélectionnés selon des critères rigoureux, qui avaient pris le relais de la multiplication de F3 au F5 dans leurs champs, afin de fournir ainsi leurs membres qui vont faire à leur tour des pommes de terre de consommation. Ces actions avaient permis à relancer la filière pomme de terre au sein du groupe Fifata tout en contribuant à la disponibilité de proximité des semences de qualité et à la portée des producteurs. Des partenaires français, Fert surtout puis Arvalis et FN3PT travaillent étroitement avec le groupe Fifata par l’intermédiaire des accompagnements financiers (spécialement Fert), techniques et même sur la base d’un partage entre producteurs malgaches et français.  

   

        

                      Les paysans multiplicateurs de semences de groupe Fifata         

 

La situation s’améliore depuis… 

A partir de 2016, la production s’est nettement améliorée. Auparavant, 1 are produisait 80 à 100 kg de pomme de terre, quand il n’était pas ravagé à 100% par le « Ralstonia ». Actuellement, cette même surface peut produire jusqu’à 250 à 300 kg de pomme de terre. Les autres producteurs vendent les variétés locales de pomme de terre à raison de 500 Ariary le kg. Par contre, avec des semences saines, de bonne qualité et de variété améliorée, les producteurs de consommation vendent entre 1000 et 1300 Ar le kg chez gastro Pizza.

 

                    

La production de la variété Maneva                  Un batiment de stockage spécialisé en pomme de terre

 

Pas encore à l’abri de tous risques…

Pour bien maitriser la recrudescence de cette maladie, des tests rigoureux doivent être faits systématiquement pour chaque lot de semence, surtout pour les semences de prés base. Or à Madagascar, les tests adéquats sont très couteux. Toutefois, un test simple d’incubation a été mis aux points avec FOFIFA-DRA pour déceler et écarter les lots de tubercules malades… mais pour une certaine garantie, les tests aux laboratoires sont à privilégier…

CEFFEL

Formation de conseillers agricoles 14ème promotion

Show Buttons
Hide Buttons
No announcement available or all announcement expired.
Revue de PRESSEDocuments de PRESSE