Pour une agriculture familiale, professionnelle et compétitive qui s'agrandit

Nos Vidéos

Témoignage de Mme Hasinjaka sur l’efficacité de la pratique agro écologique
La construction d’un bâtiment de stockage de légumes par les producteurs à Antanetikely Analamanga
La collaboration avec les opérateurs locaux pour la commercialisation de légumes à Anjeva Analamanga par le groupement de producteurs
La transformation de fraises par le groupement de producteurs d’Ambatofahavalo Analamanga
La vente organisée de pomme de terre par VFtv-Fifata dans le Vakinankaratra
L’organisation de transport de produits en communs par les producteurs d’Ampanefy
La construction d’un bâtiment de stockage de légumes à Mahereza Analamanga
La vente groupée de poulet gasy par Fimpiama-Fifata dans la Haute Matsiatra
Initiative de commercialisation de poulet auprès de Fifatam-Fifata
Mise en place d’un point de vente de légumes par les producteurs à Antsahadinta Analamanga
Commercialisation de poulet à Ambalavao Atsimondrano ANALAMANGA
FEKAMA
FIFATA VOMBO
FIFATA SAHI V2
FIFATA FIKOTAMIFI
FIFATA FFTS V2
Présentation collèges agricoles Fekama Fifata
Voyage d’échange du groupe Fifata à La Réunion_2017
Groupe Fifata – GCV
Groupe Fifata – FIFATAM
{"popup_fix":"false"}

La nouvelle loi sur les propriétés privées non titrées: danger pour les agriculteurs malagasy.

La nouvelle loi foncière sur la propriété privée non titrée n’encourage nullement l’extension des zones de culture, ce qui équivaudrait à l’accès à de nouvelles terres. Seulement, la croissance démographique est fortement en hausse, particulièrement en milieu rural. Nous sommes plus de 28 millions d’habitants en 2021, soit 2,5 millions de plus qu’en 2018. Il faut savoir aussi qu’il existe des terres que les paysans doivent quitter car ils ne peuvent plus produire et/ou manquent d’eau.

 

Ainsi, nous revendiquons la suppression et la non-application de quelques articles  cette loi 2021-016  car ils constituent un frein à l’atteinte de l’objectif des orientations stratégiques 3 et 4 de la lettre de Politique Foncière  2005 et celle du 2015-2030.

 

Si jamais les changements demandés ne sont pas opérés, force est de constater que nous sommes face à un retour en arrière et à un danger imminent pour la gouvernance foncière de Madagascar. Cela démotivera grandement les paysans et nous laissera à coup sûr impuissants. L’extrême pauvreté envahira le milieu rural, aggravant la situation résultant de la pandémie de Covid-19, l’insécurité et le changement climatique. 

 

Le communiqué élaboré par les organisations paysannes faitières, le comité national de l’agriculture familiale, la Chambre d’Agriculture, le Malagasy Dairy Board et la Solidarité d’Intervenant sur le Foncier se trouve dans le lien ci-après 

http://www.fifata.org/wp-content/uploads/2021/12/PPNT_COMMUNIQUE-DU-17-DECEMBRE-2021_VF.pdf

En outre, l’ International Land Coalition, confirme cet avis et a fait parvenir de ses opinions à l’endroit de quelques articles de cette nouvelle loi.

https://www.landcoalition.org/fr/newsroom/madagascar-80-of-malagasy-at-risk-of-eviction-from-their-land/?fbclid=IwAR2wuLUrcXp3GQPK3LpWaNuCKnCH4B3JLwdROKkyW7JgAmB4YE7mjo8Elw4

https://www.landcoalition.org/fr/

 

 

Show Buttons
Hide Buttons
No announcement available or all announcement expired.
Revue de PRESSEDocuments de PRESSE