Pour une agriculture familiale, professionnelle et compétitive qui s'agrandit

MANQUE D’EAU POUR L’AGRICULTURE DANS LE MENABE, DES SOLUTIONS SONT PROPOSEES

Manque d’eau pour l’agriculture dans le Menabe, des solutions sont proposées

Le problème d’eau agricole présent dans le territoire malagasy s’aggrave. La région de Menabe subit une manque d’eau pour l’irrigation des plaines des districts de Mahabo et de Morondava. Le barrage de Dabara a été construit pour  irriguer 8000 ha de champs et de rizières. Elles sont mal  et non irrigués ces dernières années. La production de riz annuelle s’effectuait trois fois auparavant contre seulement une fois actuellement avec une surface de 1400 ha.

Cette situation met les agriculteurs familiaux dans le désarroi et impacte négativement leur subsistance et la sécurité alimentaire. Liée aux problèmes fonciers, notamment la nouvelle loi sur la propriété privée non-titrée, le comité régional de l’agriculture familiale (CRAF) de Menabe et les représentants des membres de la fédération de Dabara se sont réunis le 12 octobre 2021, à Morondava, pour renforcer les connaissances des membres du CRAF sur la lettre de politique foncière et communiquer les problèmes des agriculteurs liés à l’accès à l’eau agricole. 

Des solutions sont avancées par le comité pour reconstruire le barrage et le canal de Dabara pour que les riziculteurs et les agriculteurs familiaux de la région puissent produire mieux qu’avant. Le directeur de l’infrastructure et du développement de la région ainsi que le directeur régional de l’agriculture et de l’élevage de Menabe ont été présents  pour écouter les agriculteurs familiaux sur place. 

Le CRAF et la fédération de Dabara adressent, également, une lettre au ministre de l’agriculture et de l’élevage, tout en y mentionnant les solutions de reconstruction de Dabara, à cout et à moyen termes.

Veuillez voir et télécharger la lettre 

[Téléchargement introuvable]

Le barrage de Dabara

Le président du CRAF Menabe

Le représentant des membres de la fédération de Dabara

Le directeur de l’infrastructure et du développement de la région de Menabe

Le directeur régional de l’agriculture et de l’élevage de Menabe

Les participants à l’atelier

La nouvelle loi sur les propriétés privées non titrées: danger pour les agriculteurs malagasy.

La nouvelle loi foncière sur la propriété privée non titrée n’encourage nullement l’extension des zones de culture, ce qui équivaudrait à l’accès à de nouvelles terres. Seulement, la croissance démographique est fortement en hausse, particulièrement en milieu rural. Nous sommes plus de 28 millions d’habitants en 2021, soit 2,5 millions de plus qu’en 2018. Il faut savoir aussi qu’il existe des terres que les paysans doivent quitter car ils ne peuvent plus produire et/ou manquent d’eau.

 

Ainsi, nous revendiquons la suppression et la non-application de quelques articles  cette loi 2021-016  car ils constituent un frein à l’atteinte de l’objectif des orientations stratégiques 3 et 4 de la lettre de Politique Foncière  2005 et celle du 2015-2030.

 

Si jamais les changements demandés ne sont pas opérés, force est de constater que nous sommes face à un retour en arrière et à un danger imminent pour la gouvernance foncière de Madagascar. Cela démotivera grandement les paysans et nous laissera à coup sûr impuissants. L’extrême pauvreté envahira le milieu rural, aggravant la situation résultant de la pandémie de Covid-19, l’insécurité et le changement climatique. 

 

Le communiqué élaboré par les organisations paysannes faitières, le comité national de l’agriculture familiale, la Chambre d’Agriculture, le Malagasy Dairy Board et la Solidarité d’Intervenant sur le Foncier se trouve dans le lien ci-après 

http://www.fifata.org/wp-content/uploads/2021/12/PPNT_COMMUNIQUE-DU-17-DECEMBRE-2021_VF.pdf

 

 

Show Buttons
Hide Buttons
No announcement available or all announcement expired.
Revue de PRESSEDocuments de PRESSE