Pour une agriculture
Familiale
Professionnelle
Compétitive
qui s'agrandit

L’EAU POUR L’AGRICULTURE FAMILIALE, COMMENT LA GERER D’UNE MANIERE PERENNE?

L’eau pour l’agriculture familiale, comment la gérer? 

Le besoin en eau dans l’Agriculture est d’habitude moins estimé. On n’en parle pas trop dans la vie quotidienne des Malagasy parmi lesquels 75% sont des agriculteurs familiaux qui vivent de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Ces derniers temps, l’eau pour l’irrigation et l’abreuvage des bétails ainsi que l’élevage de poissons devient une perle rare. Ce fait est causé par le tarissement des sources dès la fin du mois d’août, niveau faible des rivières par rapport aux années précédentes ainsi que le retard de l’arrivée de pluie. Néanmoins, pendant la saison de pluie, quelques zones subissent l’inondation.

Compte-tenu de la situation qui prévaut dans toute l’île, notamment dans les 11 régions d’intervention de Fifata (Sofia, Alaotra Mangoro, Itasy, Bongolava, Analamanga, Vakinankaratra, Menabe, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra, Vatovavy Fitovinany, Ihorombe), des producteurs ont abandonné leurs parcelles comme le cas des maraichers aux alentours d’Antananarivo, quelques  producteurs d’oignons d’Ihorombe et de maïs de Bongolava. Cette réaction impacte sur leurs rations alimentaires journalières et revenus. Et même parfois, ils répartissent à zéro après tout ce jalonnement de déséquilibres relatifs à l’eau.

Diminution de revenus à la hauteur de 50% et l’accroissement de conflit social dans la gestion de l’eau disponible aux champs, tels sont les impacts du manque d’eau pour l’agriculture. Un atelier d’informations sur les vécus des producteurs à la suite de manque d’eau pour l’Agriculture dans presque toutes les régions d’intervention de FIFATA s’est tenu le 24 novembre 2020 à Antananarivo. Cela a été une occasion pour présenter les effets et impacts de l’insuffisance d’eau pour l’Agriculture par les représentants des producteurs membres de Fifata et ceux des OPF consœurs. Une opportunité s’est, également, offerte pour savoir non seulement les causes scientifiques du manque d’eau, par le service de la météorologie d’Antananarivo et les enjeux dans la gestion des infrastructures microhydroliques par celui du Génie Rural.

Des solutions ponctuelles ont été avancés et mêmes les partenaires techniques et financiers comme la Commission Européenne et l’Agence Française de Développement  se sont opérés pour appuyer les Agriculteurs des périphéries d’Antananarivo à la gestion d’eau (construction de barrages de rétention d’eau,….)

Vous découvrez dans la vidéo en cliquant le lien d’en dessous l’explication y afférent (en version malagasy).

https://youtu.be/Fq-kRbBI1kM

Une gestion intégrée des ressources en eau qui implique tous les acteurs est primordial. La pérennité des ressources en eau devront donc être soignées et conservées. Dans l’immédiat, les Agriculteurs ont besoin d’appui urgents pour les grandes saisons. 

 

 

          

La sécheresse à l’Ouest d’Antananarivo                La rizière sèche de l’Ouest d’Antananarivo

 

   

         Un des producteurs du Vakinankaratra

 

 

Un producteur venant d’Ihorombe, membre de Fifata

Le Chef du Service du Génie Rural d’Antananarivo

Un producteur memebre de Fifata dans l’Amoron’i Mania

La tenue de l’atelier sur la gestion de l’eau du novembre

Une productrice d’Analamanga

Un producteur d’Analamanga

Le présient de l’organisation paysanne faitière Koloharena

Le Chef de Service de la météorologie d’Antananarivo

Show Buttons
Hide Buttons
No announcement available or all announcement expired.
Revue de PRESSEDocuments de PRESSE