Pour une agriculture
Familiale
Professionnelle
Compétitive
qui s'agrandit
2 décembre 2019: Réunion de la commission Financement du groupe Fifata - 3 décembre: Réunion des directeurs des OPR membres de Fifata - 4 décembre: Réunion de la commisssion Formation du groupe Fifata - 5 décembre: Réunion du Conseil d'Administration de Fifata - 10 décembre: célebration des 20 ans de VFTM-Fifata de Menabe

Fifata-Fekama « Etude d’impact économique de la Formation Agricole et Rurale par Fekama : Une grande première à Madagascar »

Depuis longtemps, partout dans le monde, il est souvent dit que la formation agricole, et surtout la formation initiale coûte cher. Cependant, les richesses générées par les formés dans leurs territoires à travers ces dispositifs de formation ne sont pas souvent prises en compte. C’est pourquoi Fekama (Fédération des collèges agricoles de Madagascar) et Fifata (Fikambanana ho Fampivoarana ny Tantsaha) en partenariat avec Fert et le Cneap, ont pris l’initiative de faire appel à l’expertise de l’Ifocap afin de mener une étude sur l’impact économique de la formation et de l’insertion professionnelle agricole dans les collèges agricoles Fekama. Celle-ci entre dans le cadre de la contribution à la rénovation de la FAR et afin d’aider le gouvernement malgache dans la mise en œuvre de sa Stratégie Nationale de Formation Agricole et Rurale (SNFAR) dont le processus d’écriture aligné à la PGE pour l’émergence de Madagascar est en cours.

       

Fekama regroupe actuellement 5 collèges agricoles implantés dans 5 régions de Madagascar (Sofia, Menabe, Haute Matsiatra, Alaotra Mangoro, Menabe). Ces collèges agricoles forment en internat pour 3 ans des jeunes ruraux de 15 à 20 ans au métier d’agriculteur professionnel. Cette formation initiale est suivie d’un accompagnement des jeunes sortants dans leurs insertion professionnelle afin qu’ils deviennent des acteurs de développement dans leurs territoires. Fekama compte aujourd’hui 873 jeunes formés dont environ 90% d’entre eux sont insérés professionnellement en agriculture.

Afin de montrer de manière concrète les retombées économiques de ce dispositif Fekama aux acteurs du développement rural, il a été organisé un atelier national de restitution de ladite étude le 07 Octobre 2019 au CNEAGR Nanisana, Antananarivo.

     

Photo 1. Les participants à l’atelier 

Photo 2. En chemise noir, M. Jean Jacques LOUSSOUAM, celui qui a dirigé l’étude

Les participants présents lors de cet atelier ont été représentés par des institutionnels, des réseaux et centres de formation agricole, des partenaires techniques et financiers, des organisations paysannes et des ONG œuvrant dans le développement rural. Ces invités ont exprimé leur intérêt et satisfaction en découvrant non seulement l’approche innovante de « l’économie de la formation » utilisée pour la conduite de cette étude mais aussi les résultats bien explicités. En l’occurrence, en termes de coût, il en résulte de cette étude que :

  • Le fonctionnement d’un collège pour une année s’élève à environ 210 millions MGA ;
  • Le coût moyen pour la formation (3ans) et accompagnement (3 ans) d’un jeune s’élève à 10,5 millions d’Ariary ;
  • 13% du coût de formation est directement pris en charge par la famille, qui est à l’ordre de 1,5 million Ar.

D’autre part, en se basant sur les marges brutes générés par 100 jeunes sortants des collèges à partir de leur activité principale et activités de prestations (vaccination, formation), il a été obtenu que :

  • A partir de la 2ème année d’insertion professionnelle, le jeune inséré arrive à générer une richesse équivalente à ce que sa famille a investi pour sa formation ;
  • Au cours de la 6ème année d’insertion professionnelle, la richesse cumulée produite par un jeune devient supérieure au coût total de sa formation-insertion (10,5millions d’ariary) ;
  • Dès l’année 2018, l’ensemble des jeunes installés produit une richesse supérieure au coût global du dispositif, qui va encore augmenter dans les années qui vont venir au fur et à mesure où le nombre de jeunes sortants augmente. Ce qui montre bien la rentabilité du dispositif « Fekama » et la richesse qu’il crée de manière exponentielle pour la nation.

Les acteurs présents lors de cet atelier ont exprimé que mener une étude pareille est utile pour tout type de formation au niveau des réseaux ou centres de formation – instance régionale puis nationale de FAR. Le but est de rendre plus pertinents, précis et riches les éléments de prises de décision dans les politiques de développement de FAR.

          

Photo 3. Témoignage d’un jeune ayant bénéficié la formation

Photo 4. De dàg, Le président de Fifata, le Secrétaire Exécutif de CNFAR, le président de Fekama et le coordonnateur de Fekama

Lors de son discours, Madame le Secrétaire Exécutif du Conseil National de la Formation Agricole et Rurale (SE CNFAR) a précisé que : « La présente étude sort au moment opportun puisque le processus d’alignement de la SNFAR au Programme d’Emergence de Madagascar est en cours. En effet, d’aucun ne sache qu’une telle étude est d’une grande importance pour alimenter cette version de stratégie vu que la population espère des retombées économiques concrètes des processus de rénovations en matière de FAR pour un développement durable ».

 

 

Auteur : ANDRIAMIHAJARIVO Erick Philippe

Coordonnateur Adjoint Fekama

 

Show Buttons
Hide Buttons
No announcement available or all announcement expired.
Revue de PRESSEDocuments de PRESSE